Dermatite séborrhéique

Qu’est-ce ?

La dermatite séborrhéique, affection cutanée bénigne, fait partie de ces maladies de la peau sans conséquence physique grave, mais avec des conséquences psychologiques non négligeables. En effet, il s’agit d’une pathologie affichante : caractérisée par des plaques érythémateuses et squameuses inesthétiques, la dermatite séborrhéique est souvent mal vécue par les personnes qui en sont atteintes et entraîne réellement une altération de la qualité de vie.

Fréquence

La dermatite séborrhéique est une dermatose (maladie cutanée) érythémato-squameuse chronique et de nature inflammatoire très fréquente, qui touche 1 à 5% de la population globale. Elle est rare avant la puberté, son pic se situe entre 18 et 40 ans avec une forte prédominance masculine. Après 40 ans, sa fréquence diminue fortement et elle ne touche alors plus que les hommes.

Manifestation

D’un point de vue clinique, la dermatite séborrhéique s’exprime sous la forme de plaques rouges aux contours imprécis, recouvertes de squames grasses et jaunâtres qui se détachent facilement. Un prurit (démangeaisons) et des sensations de brûlure sont plus ou moins associés. Par ordre de fréquence, la dermatite séborrhéique se manifeste au niveau du cuir chevelu, du visage et du tronc. La localisation de ces plaques est caractéristique de la pathologie puisqu’on les retrouve au niveau de zones séborrhéiques, c’est-à-dire riches en glandes sébacées : sillon naso-génien, ailes du nez, lisière du cuir chevelu, sourcils…

Degré d’intensité

Mais la dermatite séborrhéique est une dermatose qui s’exprime avec un degré d’intensité extrêmement variable en fonction des individus et du moment. Par exemple, lorsque l’atteinte se situe au niveau du cuir chevelu, on pourra observer de la forme la moins à la plus sévère :

  • Un état pelliculaire simple : les squames sont fines, blanches, très peu adhérentes et saupoudrent les vêtements au niveau des épaules.
  • Un état pelliculaire gras : c’est la forme typique de dermatite séborrhéique du cuir chevelu. Les squames sont plus épaisses, plus importantes et un érythème (rougeur) diffus apparaît sur les bords externes des lésions.
  • Un pityriasis steatoïde : les lésions recouvrent la totalité du cuir chevelu. L’inflammation est très marquée, le prurit (démangeaison) est important, les squames sont grasses, épaisses et émettent une odeur désagréable.

Origine

Comme pour beaucoup de dermatoses, on ignore l’origine physiopathologique exacte de la dermatite séborrhéique. Mais certains facteurs, que l’on considérera plutôt comme des facteurs aggravants que comme des facteurs déclenchants, sont connus :

  • Levure du genre Malassezia : c’est un champignon (saprophyte) du cuir chevelu et de la peau qui affectionne les régions riches en glandes sébacées. Il se multiplie lorsque certaines conditions environnementales sont réunies notamment une hyperséborrhée (production excessive de sébum), puisque c’est une levure lipophile. Il développe alors une certaine pathogénie (propriété de déclencher une maladie).
  • Stress : il a tendance à déclencher des poussées de dermatite séborrhéique.
  • Facteurs climatiques : il s’agit du froid et de l’humidité. La dermatite séborrhéique est en général plus accentuée pendant la période hivernale.
  • Pathologies associées : la dermatose est plus marquée chez les immunodéprimés (ex. : 80 % des personnes atteintes du Sida ont de la dermatite séborrhéique) et chez les personnes souffrant de la maladie de Parkinson.
  • Alcoolisme.

Traitement

Les traitements de la dermatite séborrhéique sont essentiellement locaux. A l’heure actuelle, aucun traitement ne permet de guérir définitivement la maladie, qui évolue avec des périodes de poussée et de rémission, avant de disparaître spontanément. Le but des traitements est donc de supprimer les symptômes. Pour ce faire, sont prescrits :

  • des crèmes antifongiques : un des facteurs incriminés étant la levure de type Malassezia.
  • du lithium en gel.
  • des dermocorticoïdes, seuls ou en association avec un antifongique : ils vont lutter contre l’inflammation.

FOCUS : « croûtes de lait » du nourrisson

Une forme de dermatite séborrhéique très ponctuelle s’exprime chez le nourrisson. Ce sont les fameuses et classiques « croûtes de lait » qui apparaissent chez beaucoup de bébés deux semaines après la naissance. Croûtes blanchâtres à jaunâtres, situées sur le cuir chevelu et parfois sur le visage, elles disparaîtront spontanément après quelques semaines !

Um Ihnen bei Ihrem Besuch auf unserer Webseite den bestmöglichen Service und die höchstmögliche Benutzerfreundlichkeit gewährleisten zu können, verwendet unsere Website Cookies. Wenn Sie unsere Website weiter nutzen, stimmen Sie der Speicherung von Cookies zu. Zur Datenschutzerklärung