Acné

Qu’est-ce ?

Pratiquement tous les adolescents et les jeunes adultes connaissent le problème: leur peau commence à «bourgeonner» à l’arrivée de la puberté. Des comédons (points noirs), des papules (inflammations légères), des pustules (vésicules purulentes) et des nodules douloureux font leur apparition. Affection cutanée la plus fréquente à travers le monde, l’acné touche aussi de plus en plus d’adultes de tout âge. Du grec «akme» qui signifie pointe ou sommet, l’acné n’est heureusement pas contagieuse; il s’agit d’une maladie inflammatoire des glandes sébacées ou plus précisément des follicules sébacés présents dans la peau. On les trouve en grande quantité sur le visage (env. 900/cm2), mais aussi sur la poitrine, le dos et la face postérieure des bras (env. 100/cm2 sur le corps). Les follicules sébacés sains contiennent des cellules cornées qui sont régulièrement éliminées et évacuées avec le sébum à travers le canal folliculaire jusqu’à la surface cutanée. En cas d’acné, ce processus est entravé et le système immunitaire réagit par des inflammations.

L’acné n’est pas contagieuse, mais, selon sa gravité, elle peut être douloureuse et désagréable. Chez les adolescents notamment, il ne faut pas en sous-estimer les répercussions psychologiques.

L’acné peut prendre différentes formes

  • Impuretés de la peau, peau grasse: la peau prend un aspect luisant à cause du sébum sécrété et est grasse au toucher. Le grain de peau n’est plus aussi fin, les pores sont dilatées.
     

     
  • Acné rétentionnelle: elle correspond à une sécrétion importante de sébum et se manifeste par des points noirs (comédons ouverts) et des points blancs (comédons fermés ou microkystes). C’est la forme d’acné la moins affichante.
     
     
     
  • Acné papulo-pustuleuse: c’est une acné inflammatoire qui donne lieu à des lésions superficielles appelées papules (bouton rouge légèrement en relief) et pustules (bouton contenant du pus blanc-jaunâtre).
     

     
  • Acné nodulaire: c’est la plus fréquente des formes sévères. Elle se manifeste par des lésions appelées nodules, lésions avec un diamètre supérieur à 5 mm parfois présentes en profondeur dans la peau. Il est possible que ces lésions évoluent vers l’abcès qui laisse ensuite place à des cicatrices inesthétiques définitives.
     

     

Origine

Même si les causes de l’acné ne sont pas encore complètement élucidées, il en est une qu’il est possible d’exclure avec certitude: un manque d’hygiène corporelle ou encore des pensées et des actes à caractère sexuel ne sont aucunement liés à l’apparition de l’acné, comme certaines croyances populaires le laissent entendre. Des facteurs divers ainsi que des processus immunologiques complexes sont impliqués dans l’apparition de l’acné. Parmi ces facteurs, on retrouve la prédisposition génétique, les processus métaboliques comme la sécrétion d’hormones sexuelles masculines (androgènes) et les bactéries. Des facteurs extérieurs tels que les cosmétiques, les médicaments ou le tabagisme peuvent aussi avoir une influence.

Bouchon dans le follicule sébacé

A l’origine de l’acné se trouvent en général une production accrue de sébum, liée à des facteurs hormonaux, ainsi qu’une production renforcée de cellules cornées dans le follicule sébacé. Les cellules cornées mortes forment des concrétions, bouchent le canal folliculaire et donc le chemin de sortie. Le canal folliculaire grossit comme un ballon et un bouchon se forme (microcomédon). Comme le sébum ne peut plus s’écouler vers l’extérieur, il reste bloqué dans le canal et des comédons apparaissent (comédon fermé = point blanc, comédon ouvert = point noir).

Hyperséborrhée: Sécrétion excessive et accumulation de sébum et de kératinocytes

Obstruction du canal folliculaire:
Accumulation de
cellules

Colonisation bactérienne et inflammation

Le sébum bloqué dans les comédons constitue un milieu de culture idéal pour les bactéries. On assiste notamment à la prolifération de Propionibacterium acnes, une bactérie normalement absolument inoffensive et qui fait partie de la flore naturelle de la peau. Ces bactéries se mettent à produire de la lipase, un enzyme qui dégrade les sécrétions des glandes sébacées. Ce processus de dégradation conduit à la formation de substances toxiques, des acides gras libres, qui ont une forte action inflammatoire et qui favorisent les manifestations visibles de l’acné comme les papules, les pustules et les nodules.

Prolifération bactérienne: inflammation

Rupture de la paroi du microkyste : inflammation

Traitement

Les patients souffrant d’acné consulteront de préférence un dermatologue. Celui-ci pourra constater la gravité de l’affection et choisir le traitement approprié parmi les différents principes actifs et méthodes à disposition.

 

Traitement topique (voie externe)

Adapalène
L’adapalène est utilisé dans le traitement de l’acné légère à modérée. Il a des propriétés comédolytiques et anti-inflammatoires. L’adapalène est utilisé pour le traitement externe de l’acné vulgaire, en particulier l’acné comédonienne.

Peroxyde de benzoyle
Le principe actif antibactérien peroxyde de benzoyle réduit les bactéries Propionibacterium acnes en libérant des radicaux libres dérivés de l’oxygène et inhibe ainsi le processus inflammatoire. Il est légèrement comédolytique (effet desquamant), mais peut aussi déclencher des irritations cutanées.

Acide azélaïque
L’acide azélaïque a lui aussi une action bactéricide et anti-inflammatoire. Il est desquamant et normalise les troubles de la kératinisation dans le follicule sébacé.

Rétinoïdes
A l’image de l’acide (touttrans) rétinoïque, les rétinoïdes ont une action anti-inflammatoire. Par ailleurs, ils stimulent l’activité mitotique de la peau, dissolvent les concrétions de cellules cornées, débouchent le canal folliculaire et régulent la surproduction de sébum. La formation de nouveaux comédons est inhibée.

Antibiotiques
Des antibiotiques de diverses classes sont prescrits pour lutter contre Propionibacterium acnes dans les follicules sébacés. Il s’agit par exemple des tétracyclines, des macrolides ou de la clindamycine. Les antibiotiques ont aussi une action anti-inflammatoire.

 

Traitement systémique (voie interne)

Traitement hormonal
Le but d’un traitement hormonal est de réguler la production excessive d’androgènes (testostérone). Chez les femmes et les adolescentes, on propose une association d’estrogène et de progestatif. Ce traitement influence la production de sébum ainsi que les processus de kératinisation dans le follicule sébacé. Il faut attendre 2 à 3 mois avant que le traitement ne fasse effet.

Antibiotiques
La minocycline et la doxycycline sont les antibiotiques les plus souvent utilisés pour lutter contre Propionibacterium acnes par la voie systémique. Ils ne sont administrés que pendant un court laps de temps pour éviter l’apparition de résistances.

Isotrétinoïne
Le rétinoïde isotrétinoïne est aussi administré par voie systémique en cas d’acné sévère résistante au traitement. Il réduit massivement la production de sébum, élimine les troubles de la kératinisation et atténue les processus inflammatoires.

sprechblase-pluscremeverletzter-fingerduschen

Demandez l’avis d’un expert

Consultez un dermatologue. En tant que spécialiste des maladies de la peau, il pourra estimer la gravité de votre acné et vous prescrire le médicament adéquat.

Demandez à votre caisse maladie quel soutien (aussi psychologique) elle peut vous proposer.

Utilisez des soins adaptés

En plus du traitement prescrit par votre médecin, prenez soin de votre peau en utilisant des produits de soins dermatologiquement adaptés, par exemple ceux vendus en pharmacie. Votre dermatologue vous indiquera volontiers quels produits utiliser parallèlement à votre traitement.
Conseils généraux

  • Au réveil, nettoyez votre peau pour la débarrasser des cellules mortes et du sébum, puis… hydratez-la.
  • N’utilisez pas des produits trop «décapants» pour nettoyer votre peau. Ces produits peuvent provoquer une hyperséborrhée réactionnelle.
  • Evitez les produits de soins contenant de l’alcool. Comme l’alcool dessèche la peau, celle-ci réagit par une production accrue de sébum.
  • Vous avez des boutons sous la barbe ? Utilisez de préférence un rasoir électrique, qui ne coupe pas les lésions acnéiques.

 

Les bons soins en complément de l’isotrétinoïne
Pour compenser les effets secondaires de l’isotrétinoïne orale, en particulier l’action asséchante de celle-ci, il est indispensable d’utiliser des produits de soin en accompagnement du traitement.

  • Nettoyage doux: lors de la toilette, choisissez des produits doux et sans savon pour préserver l’équilibre cutané et nettoyer en douceur.
  • Hydratation: des soins hydratants spécifiques et utilisés quotidiennement, 1 à 2 fois par jour, redonneront rapidement et durablement confort et douceur à votre peau. Ils permettent de relancer l’hydratation et de renforcer la fonction de barrière cutanée. Ils ont également des actions protectrices et apaisantes.
  • Soin des lèvres: vos lèvres peuvent également devenir sèches. Pensez donc aussi à vous munir d’un soin pour les lèvres nourrissant et réparateur et à l’appliquer aussi souvent que nécessaire.
  • Protection solaire: sous isotrétinoïne orale, votre peau est plus sensible au soleil. Evitez toute exposition prolongée et utilisez une protection solaire à indice élevé.
  • Soin oculaire: Si vous portez des lentilles, utilisez des larmes artificielles ou préférez les lunettes de vue aux lentilles, car une sécheresse oculaire peut survenir.

Soyez patients

Résistez à la tentation et ne pressez pas vos points noirs ou autres boutons! Cela ne ferait qu’aggraver votre acné et augmenter le risque de cicatrices.

Faites preuve de patience et laissez à votre peau le temps de réagir à un nouveau traitement.

Prévenez les infections bactériennes

Veillez à prévenir les infections bactériennes en changeant régulièrement les linges de toilette – un linge pour le visage, un pour le corps.

Changez régulièrement votre éponge de maquillage.

Idées reçues – quiz acné

Vous avez sûrement dû entendre tout et son contraire au sujet de l’acné et sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire à votre peau. Ce test vous permettra de faire la part des choses entre idées reçues et réalité. Cliquez sur la question pour connaitre la réponse.

 

1. Une consommation excessive de chocolat peut empirer l’acné. Vrai ou faux?

Faux – Aucune étude n’a encore prouvé de manière indiscutable le lien entre alimentation et acné. Mais une alimentation équilibrée et raisonnable ne peut être que bénéfique pour votre santé.

2. L’acné sévère a un important retentissement psycho-social sur les adolescents. Vrai ou faux?

Vrai – En effet, il a été montré que le taux de symptômes dépressifs est statistiquement plus élevé chez les patients acnéiques garçons et filles que chez les non-acnéiques (20 à 51% versus 14 à 20%).

3. Le soleil soulage l'acné. Vrai ou faux?

Faux – Une amélioration passagère peut être observée après une exposition au soleil, mais à la rentrée, il y a une recrudescence de l’acné. Utilisez une protection solaire non comédogène, nettoyez et hydratez votre peau tous les matins avec des produits adaptés.

4. Il est recommandé de percer ses boutons. Vrai ou faux?

Faux – Cela ne ferait qu’empirer la situation en provoquant des poussées inflammatoires et en augmentant le risque de cicatrices.

5. Il est recommandé de ne pas se maquiller lorsque l’on a de l’acné. Vrai ou faux?

Faux – L’utilisation de maquillage n’est pas contre-indiquée mais il faut choisir des produits adaptés, c’est-à-dire non comédogènes.
Afin de vous offrir le meilleur service et la meilleure utilisation possible lors de votre navigation, notre site Web utilise des cookies. Si vous souhaitez continuer à naviguer sur notre site Web, vous devez accepter le stockage de cookies. Consulter notre politique de confidentialité